EHHH.... VOUS, LA BAS...VOS PAPIERS ! 
L Y A une petite blonde aux cheveux courts et aux yeux clairs, à côté d’un gars baraqué emmitouflé dans sa parka. Une grand-mère ridée qui serre dans ses bras un barbu à lunettes, un ado coincé entre un gaillard mal rasé et une petite brune rondelette. Et au milieu d’eux : un passeport, un permis de conduire ou une carte d’identité.
Réalisés dans le cadre de l’opération Vas-y montre ta carte, ces 410 clichés sont collés par dizaines sur les murs de la rue Charlot (IIIe). Leur auteur, le photographe Fabien Breu-
vart, campe tous les midis devant la bourse du travail pour tirer le portrait des travailleurs sans papiers... poussant à côté de passants « avec papiers ». Une initiative « citoyenne » et « un peu politique », reconnaît-il lui- même, destinée à montrer « qu’entre ces deux personnes la seule différence c’est un bout de papier ». « On les photographie en général côte à côte et deux par deux, précise ce quadragénaire au corps noueux et aux cheveux poivre et sel, son trépied en main. Il y a des gens de tous les âges, de toutes les couleurs de peau et de toutes les origines sociales. » « Certains se prennent par la main » L’idée a germé dans sa tête il y a un an... mais elle a pris forme début mai lorsque Fabien apprend par Sissoko Anzoumane, leader de la coordination 75, que les sans-papiers sont réunis en masse à la bourse du travail. « Je connaissais Sissoko depuis longtemps car il nettoie tous les jours le marché des Enfants Rouges », précise celui qui avait justement immortalisé, en 2004, les passants de ce célèbre marché parisien dans une série intitulée « S’asseoir et regarder le ciel ». « Alors, je suis venu avec mon appareil pour voir ce qui se passait, j’ai été happé par l’ambiance et je me suis installé sur place. » Et il ne le regrette pas. « En un mois, j’ai vu des rencontres se faire et des numéros s’échanger, sourit-il. Certains se sourient et se prennent par la main, d’autres se serrent dans les bras ou donnent spontanément leur carte d’identité aux sans papiers. » C’est justement le geste qui a lié hier Saadet, 26 ans, employée dans un salon de beauté, à Fatou-mata, 43 ans, sans-papiers originaire du Mali. « Depuis deux mois, je croise des travailleurs en lutte dans le quartier, explique la première, jolie brune aux yeux noirs originaire de Turquie. Alors, j’ai eu envie de les soutenir à ma manière. » A côté d’elle, Fatoumata, arrivée en France il y a huit ans pour travailler comme femme de chambre, hoche la tête. « Ces photos, c’est un moyen de ne pas nous oublier », souffle-t-elle en serrant dans ses mains la précieuse carte d’identité.


Vous aussi, montrez votre carte


Pour participer à l’opération Vas-y montre ta carte, il suffit de se rendre du lundi au samedi devant la bourse du travail — à l’angle de la rue Charlot et du boulevard du Temple — entre 13 et 14 heures... et de se munir d’un papier d’identité. Toutes les photographies sont consignées dans un album, avec l’autorisation des deux sujets, puis agrandies à la photocopieuse couleur et collées sur le mur. Une fois la mobilisation
« terminée », une copie sera envoyée aux personnes photographiées, promet Fabien Breuvart, qui compte rester sur place « jusqu’au dernier jour du mouvement ».
Pour contacter Fabier Breuvart : breuvart.fabien@neuf.fr

Comments 
Comments are not available for this entry.